La diététique en Hémodialyse

L’alimentation du dialysé doit être normale, mais il est indispensable de respecter certaines recommandations alimentaires. Avoir une alimentation riche et variée reste essentiel et demande une adaptation de vos habitudes nutritionnelles.

 

En effet, pour aller bien en dialyse il faut manger bien et correctement malgré les contraintes alimentaires et surtout veiller à un apport suffisant en protéines sinon votre corps puisera celles de vos muscles.

 

Les reins ont pour fonction de  filtrer, éliminer et donc d’équilibrer les minéraux contenus dans nos aliments comme le potassium, le phosphore, le  sodium du sel, et de réguler nos apports hydriques.

 

Chez le dialysé, les reins n’assurent plus ses fonctions et  sont remplacés par la dialyse, d’où la nécessité d’adapter votre régime et vos apports hydriques en plus des médicaments qui vous seront prescrits par votre néphrologue. 

 

Le potassium est éliminé par les reins, il faut donc en limiter les apports. L’excès de potassium est dangereux, il peut entrainer un arrêt cardiaque.

 

Pour éviter d’avoir trop de potassium, certaines règles sont à adopter au quotidien :

 

  • Les modes de préparation et de cuisson des légumes et  pommes de terre consistent en une cuisson à grande eau en prenant soin de jeter l’eau après la cuisson.
  • Même si le potassium est présent dans tous les aliments certains en sont plus riches que d’autres et devront être consommés avec plus de modération. C’est le cas du chocolat, des frites, des fruits comme la banane, les abricots, des légumes comme l’artichaut, le champignon, l’endive…

 

Le phosphore est d’abord filtré avant d’être éliminé par les reins. Il est contenu dans beaucoup d’aliments indispensables pour la santé comme les viandes, les poissons, le lait et les laitages. Le phosphore en excès se dépose sur les articulations, sous la peau et sur les vaisseaux et à la longue peut être responsable de maladies cardio-vasculaires ou d’ostéoporose. En plus des médicaments qui vous seront prescrits, il sera nécessaire de faire attention au choix et à la consommation de certains aliments comme les fromages, certains poissons (sardine, maquereau, lotte …), les abats, les coquillages et crustacés, certaines viandes…

 

Le sel et surtout le sodium est aussi éliminé par les reins. Le sel est dangereux car il retient l’eau, donne soif et peut entraîner un œdème aigu des poumons. Il faudra donc manger modérément salé et faire attention à limiter le sel d’ajout dans les plats et le sel caché dans les aliments : charcuterie, fromage, coquillages et crustacé, plats industriels, sauce et condiments comme la moutarde et les conserves. Le pain salé reste autorisé.

 

Le patient dialysé est aussi à risque de dénutrition, et même si les besoins énergétiques et protidiques varient selon l’âge, le poids, la taille, le sexe et l’activité physique, il faudra veiller à des apports en calories et en protéines suffisants. En dialyse, les besoins en protéines sont supérieurs à ceux de la population générale, de fait certains aliments seront à consommer à chaque repas.

 

Les protéines permettent de garder une masse musculaire correcte, de réduire les risques d’infections et de maintenir un état nutritionnel correct. On trouve des protéines de bonnes qualités dans les viandes, les poissons, les œufs, les produits laitiers.

 

Enfin, les reins ont aussi pour fonction d’éliminer les liquides consommés indépendamment des autres modes d’élimination que sont la transpiration, la respiration et l’eau contenue dans les selles, il faudra donc limiter vos apports hydriques.

 

Si vous urinez encore vos apports seront de 50 cl en plus du volume de votre diurèse.

 

Si vous n’urinez plus, il faudra être vigilant et se limiter à 50 cl de boissons par jour. Les boissons à considérer sont l’eau, le café, le thé, les tisanes, le lait, les jus de fruits, les sodas, les apéritifs …en plus certaines boissons seront plus  riches en phosphore ou en potassium.

 

Pour les glucides et les lipides, les recommandations sont les mêmes que ceux de la population générale (non dialysée).

 

Anne Elisabeth MIGEON Diététicienne